Œuvre

Le Bonheur cet illusionniste, Julie Stanton

Titre : Le Bonheur cet illusionniste

Genre : poésie

Année de parution : 2017

Maison d’édition : Les Écrits des Forges

Le mot de l’éditeur : Fable poétique sur la quête du bonheur, le nouveau recueil de poésie de Julie Stanton, Le Bonheur cet illusionniste présente une méditation exploratoire, aux accents historiques, à la fois dans la culture et dans la vie singulière. « À cause de toi si volubile urbi et orbi nous fréquenterons les cartomanciennes les visionnaires les prêcheurs la bouche pleine d’alléluias. Nous sommes nés fervents dans le noyau dur de la Terre là où elle est assez vieille pour garder tes empreintes. » Difficile à atteindre, ce bonheur rêvé : le recueil de Julie Stanton nous montre une humanité à sa poursuite incessante. Et celui-ci ne cache pas les difficultés que pose le fait même d’atteindre cette sorte d’état de grâce tant convoité : « Parfois la lente progression du temps charriait des sons calcaires des échos de pelage. » Sinon le magistral silence des falaises ne laissait nullement présager la déferlante à l’instant où l’un te convoiterait pour lui seul. Différentes époques, diverses cultures ont présenté des images de leur incessante recherche. Le Bonheur cet illusionniste propose de réfléchir aux échos que les générations actuelles en ont conservé. C’est l’un des objectifs visés par ce recueil à la fois sensible et touchant.

 

Mémorial pour Geneviève et autres tombeaux, Julie Stanton

Titre : Mémorial pour Geneviève et autres tombeaux

Genre : poésie

Année de parution : 2013

Maison d’édition : Les Heures bleues

Le mot de l’éditeur : Julie Stanton célèbre ici la mémoire de sa fille décédée de la sclérose en plaques, puis elle part à sa recherche au Pays des morts. Au cours de ce voyage onirique, la poète croisera sa sœur cadette, Madeleine, victime à 19 ans d’un accident d’automobile, ainsi que son père et sa mère. Un émouvant pèlerinage.

 

Là-bas, l'Isle-aux-grues, Julie Stanton

Titre : Là-bas, l’Isle-aux-Grues

Genre : poésie

Année de parution : 2011

Maison d’édition : Les Heures bleues

Le mot de l’éditeur : Face à Montmagny, à 45 kilomètres en aval de Québec, l’Isle-aux-Grues s’offre au regard tel un navire ancré depuis des siècles au milieu du Saint-Laurent. Havre de paix, riche d’une faune et d’une flore exceptionnelles, ce lieu interpelle la poète Julie Stanton qui nous convie au voyage d’escale en escale, du présent au passé et d’ici à l’ailleurs sous des ciels chaque jour absolus.

 

Parfaitement le chaos, Julie Stanton

Titre : Parfaitement le chaos suivi de Élie ma joie

Genre : poésie

Année de parution : 2011

Maison d’édition : Les Heures bleues

Le mot de l’éditeur : « Ça tranche à grands coups de ciseaux dans les grands pactes de la grande fraternité, c’est un peu loup, un peu hyène, intrinsèquement monstre. Ça se flatte le Pouvoir, ça se congratule le Bonze, ça se tient à couteaux tirés smoking de soie dans la salle de bal ; il ne leur reste qu’un mètre carré pour se sauter à la jugulaire. » Face au chaos universel, Julie Stanton témoigne de sa désespérance dans une poésie coup-de-poing où elle dénonce les dérives du monde.

 

Carnets de l'Isle-aux-grues, Julie Stanton

Titre : Carnets de l’Isle-aux-Grues

Genre : beau-livre

Année de parution : 2009

Maison d’édition : Les Heures bleues

Le mot de l’éditeur : Carnets de l’Isle-aux-Grues est le résultat de près d’une quarantaine d’entrevues menées auprès des gens de l’Isle-aux-Grues dont l’âge varie entre quinze et quatre-vingts ans. En les interrogeant sur leur mode de vie, leurs coutumes et leurs traditions et, pour certains, leurs souvenirs, les auteurs donnent à entendre la voix de gens de l’île à travers un album impressionniste illustré des œuvres de ces derniers : peintures, sculptures, maquettes, bateaux miniatures, bricolages et, bien sûr, les célèbres costumes de la Mi-Carême.

 

Requiem pour rêves assassinés, Julie Stanton

Titre : Requiem pour rêves assassinés : Hommage à Pablo Neruda

Genre : poésie

Année de parution : 2004

Maison d’édition : Les Heures bleues

Le mot de l’éditeur : Durant la nuit du 31 décembre 1999, alors que partout sur la planète on fête l’arrivée du troisième millénaire, une centenaire est assaillie par des images de son siècle et, à travers celles-ci, par les images de femmes et d’hommes dont la destinée l’a marquée, notamment Louise Michel, Marie Curie, Gaston Miron, Pauline Julien. Traînant dans son sillage leurs existences qu’elle s’approprie, interpellant la figure et l’œuvre du grand poète chilien Pablo Neruda qui aurait eu 100 ans le 12 juillet 2004, elle célèbre leurs espoirs et pleure leurs rêves assassinés dans un vibrant Requiem où est évoqué aussi le sort de multiples exclus de la Terre. Adoptant l’écriture du chant poétique qui a donné forme à La Passante de Jérusalem, Julie Stanton nous convie à une traversée empreinte de gravité, accrochant ici et là quelques fables fantaisistes sur des vertus et des qualités qui cherchent encore leur vérité. Le texte est illustré par de très belles photographies de Régis Mathieu.

 

Le parlement en lumière, Julie Stanton

Titre : Le parlement en lumière

Genre : beau-livre

Année de parution : 2001

Maison d’édition : Les Publications du Québec

Le mot de l’éditeur : S’il est un immeuble qui consacre physiquement le statut de capitale de Québec, c’est bien l’Hôtel du Parlement, grand œuvre de l’architecte Eugène-Étienne Taché et lieu par excellence d’exercice du pouvoir politique québécois. Il n’est donc pas étonnant que, dans le cadre de la mise en œuvre de son Plan lumière pour la capitale, la Commission de la capitale nationale du Québec ait rapidement cherché à faire de ce bel ensemble de bâtiments l’objet d’une mise en scène nocturne qui en révèle les beautés et lui permette de jouer, de nuit comme de jour, le rôle de panthéon national que lui destinait Taché. À travers l’œil du photographe Eugen Kedl et par la plume de l’auteure Julie Stanton, cet ouvrage invite à la découverte de cet ensemble remarquable, véritable trésor national.

 

La passante de Jérusalem, Julie Stanton

Titre : La Passante de Jérusalem

Genre : poésie

Année de parution : 1999

Maison d’édition : Les Heures bleues

Le mot de l’éditeur : Mourante, une femme s’adresse à l’homme aimé dans l’extrême de la douleur et de l’amour. Elle rencontre l’autre versant de la passion que symbolise la Passante de Jérusalem, allégorie du destin d’un peuple condamné à l’errance. Par cette parole adressée à l’autre, comme à soi, vouée à dire la fin des choses, nous sommes témoins d’une tragédie personnelle et de cette autre tragédie, à l’échelle de notre siècle, qu’a été le génocide. Le texte de Julie Stanton, auteure de plusieurs recueils de poésie, est accompagné de magnifiques œuvres de Gernot Nebel, artiste né en Autriche et qui habite désormais dans la région de Kamouraska.

 

Le désir fantôme, Julie Stanton

Titre : Le Désir fantôme

Genre : roman

Année de parution : 1996

Maison d’édition : Leméac

Le mot de l’éditeur : Dieter Weiss est un Don Juan. Homme de théâtre et de masques, tourmenté, insatisfait de lui-même, « en quête d’une espèce d’infini l’amenant à l’infini », il cherche en toutes les femmes une affirmation et une négation de son être, désireux d’effacer sa propre image de Narcisse et les souvenirs de guerre qui le hantent. Entre lui et les jumelles de Bruges, Marthe et Marie Clément, une singulière histoire d’amour prend forme à l’été de 1965, où se mêlent comme autant de fantômes les désirs charnels et mystiques qui s’emparent de ces amants de Venise, la ville des amours éternelles.

 

Miljours, Julie Stanton

Titre : Miljours

Genre : roman

Année de parution : 1991

Maison d’édition : L’Hexagone

Le mot de l’éditeur : Marguerite Miljours, « la cantatrice au pied bot », doit donner dans quelques semaines un récital au théâtre des Champs-Élysées en hommage à la célèbre poète russe Anna Akhmatova dont c’est le quinzième anniversaire de la mort. Hantée par cette figure tragique des purges staliniennes, Marguerite Miljours vit en osmose avec ce personnage qu’elle a décidé de faire revivre sur ce scène. Alors qu’elle roule vers Nice, plongée en pensée dans Le Requiem d’Akhmatova, la diva effectue une fausse manœuvre et subit un grave accident d’auto.

Tandis qu’on se désespère de l’état comateux de la prima donna transportée dans une clinique de Nice, celle-ci voyage « ailleurs » où est la vraie vie. Elle y rencontre l’éblouissante et vulnérable Elena Annaïeva, qui se dit la fille d’Akhmatova et qu’elle ne veut plus quitter pour retrouver son rôle de cantatrice.

Avec une grande puissance d’évocation, Julie Stanton trace par petites touches souples et concises le portrait d’Anna Akhmatova dont la poésie s’entremêle ici à l’écriture romanesque, fiction et réalité se chevauchant à travers la figure énigmatique de cette Elena imaginée par l’auteure.

 

Je n'ai plus de cendre dans la bouche, Julie Stanton

Titre : Je n’ai plus de cendre dans la bouche

Genre : poésie

Année de parution : 1980

Maison d’édition : Les éditions de la pleine lune

 

« Me voici debout dans la lumière

les os crevant le carcan

la chair réhabitée

je n’ai plus de cendre dans la bouche

mon cri me nomme »

 

N.B. : Seuls les livres disponibles sont présentés ici. Pour consulter l’ensemble de l’œuvre de Julie Stanton, cliquez sur la page Bibliographie.

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2018

Advertisements